Mises à jour de avril, 2013 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • morningmeeting 14:34 le 25 April 2013 Permalien | Réponse
    Tags : American Twilight, , gothic rock, , , Simon Bonney   

    Crime And The City Solution : American Twilight (album sorti le 25/03/2013) 


    Crime And The City Solution

    Message en retard mais urgent pour animer un Morningmeeting plutôt atone ces temps-ci : Crime And The City Solution, groupe culte de la vague post-punk, s’est reformé en 2012 et vient de sortir un excellent album : American Twilight.

    Les anecdotes abondent au sujet de Crime And The City Solution. Je n’ai pas le temps de les rappeler toutes, mais voici de quoi vous mettre l’eau à la bouche :

    • Ce groupe est un peu le petit frère « maudit » des Bad Seeds de Nick Cave. Petit frère, car même origine australienne, musiciens communs (Mick Harvey, Jim White), histoire qui se croise à de nombreuses reprises à Londres et Berlin dans les années 1980 (et notamment sur écran dans Les ailes du désir de Wim Wenders, où les deux groupes se produisent en concert), même goût pour les balades blues-rock enfiévrées à tendances gothiques, etc… mais « maudit », car n’ayant pas obtenu le même succès que Nick Cave, et mis en sommeil pendant près de vingt ans
    • (Lire la suite…)
     
    • Charlot 07:53 le 26 avril 2013 Permalien

      Bien vendu, coco!
      L’affaire paraît sans risque, les références sont solides: en bon père de famille, j’achète.

    • morningmeeting 09:28 le 26 avril 2013 Permalien

      Un peu mon neveu ! C’est la famille. Et un vrai moment de nostalgie pour moi : je les ai découverts grâce à la médiathèque de Saint-Quentin-en-Yvelines, il y a plus de vingt ans… Un peu moins facile, un peu plus inégal que Nick et ses Bad Seeds (ce qui explique leur moindre succès), mais quand ils sont bons, c’est vraiment sublime ! D’ailleurs j’écoute davantage American Twilight que Push the Sky Away, le dernier Nick Cave sorti quelques semaines avant le Crime…

    • Manuchon 17:41 le 4 mai 2013 Permalien

      Le Morning Meeting est de retour ! Alléluia !
      Push the sky away est pas mal quoiqu’un peu mollasson, je vais écouter American Twilight (sur le coup, j’ai cru que tu faisais un post sur la tétralogie adolescente avec les vampires et tout…)

    • morningmeeting 10:08 le 5 mai 2013 Permalien

      Bon album en effet, le côté « mollasson » vient du départ de Mick Harvey (cf. plus haut, oui toujours ces passerelles entre le groupe de Nick et celui de Simon) et de ses parties de guitares que Nick a décidé de ne pas remplacer.
      Sinon, Morningmeeting ne s’est toujours pas penché sur l’oeuvre de Stephenie Meyer, sûrement une lacune à combler… ou pas.

  • morningmeeting 15:44 le 21 August 2012 Permalien | Réponse
    Tags : Bane, , Christopher Nolan, , Révolution Française, Serment du Jeu de Paume, The Dark Knight Rises   

    Batman, Bane et la Révolution Française sont dans un bateau… 


    Disons le tout de suite, cet article n’est pas une critique ciné proprement dite (même s’il y a des spoilers pour ceux qui n’auraient pas encore vu le film). Je me contenterai de dire que j’aime la trilogie, que le numéro deux (The Dark Knight) était exceptionnel, et que ce numéro trois  (The Dark Knight Rises, ou TDKR) est du même niveau (même si je n’ai pas été autant ébouriffé par la mise en scène et les trouvailles techniques, la faute peut-être à des recettes maintenant trop familières après trois épisodes ?). Un ‘bateau’ qui n’a donc rien d’une galère !

    Il s’agit plutôt d’un commentaire politique, car, oui, derrière ses gros sabots de film d’action, ce Batman présente, comme les précédents (voire encore plus), un point de vue social et politique assez développé. Le ‘méchant’ principal, qui répond au doux nom de Bane (le ‘Fléau’), incarne en effet un personnage de terroriste déterminé à faire table rase de la ville de Gotham – jusque là, rien de nouveau me direz-vous, sauf que…

    (Lire la suite…)

     
    • Charlot 15:31 le 28 août 2012 Permalien

      Du beau, du bon Batman, même si j’avais un faible pour le super-héros christique du second volet et si, comme toi, je pense que Nolan n’a pu (ou voulu) finir proprement.
      La bibise!

    • morningmeeting 15:45 le 28 août 2012 Permalien

      Chouette, hein ? On y prend goût. Et dire qu’à une époque je n’allais voir que des films Coréens sous-titrés en Ouzbèke…

    • Charlot 14:12 le 29 août 2012 Permalien

      Temps, paresse et entertainment… On se fait avoir!

    • de COUASNON 14:08 le 28 avril 2013 Permalien

      Hello Marco, moi la scene du tribunal m’a fait plus penser a Fouquier-Tinville ou aux tribunaux revolutionnais des debuts du marxisme ou a la revolution culturelle de Mao’ J’ai pas de references artistiques en tete mais le Serment du Jeu de Paume, cela evoque pour moi les debuts de la Revolution, idealiste, pas sanglante ni terroriste. c.est la « belle »Revolution, celle des debuts. Alors, on peut y voir une Terreur en germe mais cene seront pas les memes acteurs politiques.

      Pour le cote US? J’avoue avoir ete surpris par cette thematique de la revolution anti-riches ds un blockbuster americain. Au-dela des faiblesses que tu decris, notre perception de la resonnance de ce theme dans la societe americaine est-elle la bonne? Les US sont-ils vraiment cette nation encore petroe de certitudes sur ce point comme sur d’autres (role de gendarme du monde, attitude messianique…) ‘ ce film interroge non seulement les americains mais egalement la maniere dont nôus les voyons, et en particulier le manque de nuances que les medias francais apportent a leur analyse sur eux.

      Bon, voila, c’est dimanche, j’arrete…

      Pierre.

  • morningmeeting 22:28 le 23 January 2012 Permalien | Réponse
    Tags : Factory Records, James Nice, Joy Division, Manchester, , , , , , Tony Wilson   

    24 Hour Nostalgia People 


    Aujourd’hui, digression à l’occasion de la lecture de Shadowplayers: The Rise & Fall of Factory Records de James Nice (2010). Le livre revient sur l’aventure du label Factory Records, de sa création à la fin des années 70 à son histoire mouvementée au cours des deux décennies suivantes.

    (Lire la suite…)

     
    • Charlot 15:05 le 25 janvier 2012 Permalien

      Coooooool…
      Et c’est vrai que le punk et ses rejetons demeurent la source unique d’inspiration, semble-t’il. Ou alors, je suis déjà un vieux con et ça s’arrose!
      Bécots

    • morningmeeting 22:52 le 25 janvier 2012 Permalien

      T’es un vieux con. Ça s’arrose. On se fait ça quand ? Depuis le temps…

    • gast 23:19 le 25 janvier 2012 Permalien

      Tu es un jeune vieux con en fait et s’il faut arroser quelque chose, je viens

    • Manuchon 22:06 le 30 janvier 2012 Permalien

      Ringard sectaire aux goûts bizarres ?
      En tous cas moi j’adoooore !
      J’arroserai bien quelquechose moi aussi.
      Pour le reste, le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con, on est con!

    • morningmeeting 09:45 le 31 janvier 2012 Permalien

      Moi qui croyais qu’on n’était con que quand on était jeune !!

  • morningmeeting 22:50 le 4 December 2011 Permalien | Réponse
    Tags : Argentine, , art cinétique, , Buenos Aires, Carlos Cruz-Diez, , MALBA,   

    La couleur, l’espace et le temps : Carlos Cruz-Diez au MALBA, Buenos Aires, Argentine, du 21 septembre 2011 au 5 mars 2012 


    Tiens, quelle ironie : artiste vénézuélien de naissance, Carlos Cruz-Diez vit et travaille essentiellement à… Paris depuis 1960 ! Le Centre Pompidou, à 2mn en Vélib’ du bureau, lui a rendu hommage de nombreuses fois, et il m’aura fallu un déplacement à Buenos Aires pour le boulot pour faire connaissance avec son œuvre…

    (Lire la suite…)

     
  • morningmeeting 17:28 le 11 November 2011 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , , pré-expressionnisme   

    « L’oeil moderne » : Edvard Munch au Centre Pompidou, Paris, du 21 septembre 2011 au 9 janvier 2012 


    On a déjà parlé d’Edvard Munch sur Morningmeeting, pour un clin d’oeil au Cri, son tableau le plus célèbre, ou encore pour un compte-rendu de la désastreuse expo Edvard Munch ou « l’Anti-Cri » à la Pinacothèque de Paris. Cette fois-ci, c’est le Centre Pompidou qui s’y attaque, avec pour ambition de montrer que Munch (1863-1944), qu’on rattache souvent au XIXème siècle, était bel et bien un artiste du XXème siècle – au sens propre (la majeure de partie de ses œuvres a été réalisée après 1900) et figuré (ses préoccupations, ses idées, ses recherches esthétiques sont celles d’un homme du XXème siècle).

    (Lire la suite…)

     
    • Le Poup 09:54 le 14 novembre 2011 Permalien

      « Bagarres dans lesquelles il est impliqué – voir La Bagarre 1932-1935, et ce personnage jaune qui ferait presque de lui le précurseur des Simpsons… »

      Puis-je considérer cela comme un fil conducteur pour permettre à un vieil ignare comme moi de comprendre l’art du XXème siècle ?

      Pour le reste, excellente critique visant juste et formulée avec une rigueur synthétique rare chez les commentateurs de l’art moderne.

    • morningmeeting 10:11 le 14 novembre 2011 Permalien

      Merci ! Tu ne crois pas si bien dire concernent ce « fil rouge » du personnage jaune. En ouvrant mes emails ce matin, j’ai trouvé cette illustration dans une newsletter…

      Quelle coïncidence !

c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler