Hit the Road, Jack!


Jack Kerouac

Je suis toujours dans la lecture d’un recueil de poèmes de la génération Beat de la Côte Ouest, acheté à la librairie City Lights à San Francisco cet été. J’en suis à la section Jack Kerouac.

Était un temps où voyager égalait luxe. La Belle Epoque… Puis il y a eu le Titanic. Moi j’ai dans mon passeport des visas d’Ukraine, du Maroc, du Japon, de Thaïlande, d’Indonésie, etc. Maintenant on ne s’en soucie guère. Selon une étude de la Sofres réalisée fin 2005, « Voyager beaucoup » n’est pas un objectif de vie prioritaire pour les Français…

Dans les années 50, Kerouac et les beatniks ont réinventé le voyage comme instrument de liberté : la route de l’un à l’autre, la veste sur l’épaule, le moment romantique, le it et la blue note… Amusant comme Kerouac, ce chantre de la liberté, des voyages, exerçait par moments la profession de serre-frein pour les compagnies ferroviaires américaines. Pas vraiment compatible, hein ? « Taille la route, Jack ! »

Publicités