Tagué: Michel Houellebecq Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • morningmeeting 22:52 le 19 October 2010 Permalien | Réponse
    Tags : Flammarion, La carte et le territoire, , , Michel Houellebecq, Rentrée littéraire, roman   

    Le Houellebecq 2010 est-il un grand cru ? 


    Ma position est que Michel Houellebecq a souvent été « mal lu ». On a dénoncé un auteur uniquement porté sur le cul et le trash un peu racoleur, ce qui est quasiment un contresens de lecture.

    Je me souviens d’un critique qui dénonçait La possibilité d’une île (2005) comme un roman partouzard (le héros y « partouze à droite à gauche »), alors même qu’il est construit sur l’impossibilité du héros à nouer des relations sentimentales et sexuelles satisfaisantes, et que le roman dissèque explicitement, à plusieurs reprises, des périodes de famine sexuelle durant de quatre à sept ans. Tout le sel du récit tient justement à ces tensions entre vide, manque et trop plein… De même, Plateforme (2001) décrivait pour l’essentiel l’aspiration du héros à une vie sentimentale riche, poétique, presque cucul, en tout cas loin des stéréotypes généralement plaqués sur le bouquin (« glauque », « déprimant », « vulgaire »…). (Lire la suite…)

    Publicités
     
  • morningmeeting 17:17 le 6 May 2009 Permalien | Réponse
    Tags : Iggy Pop, La possibilité d'une île, , Michel Houellebecq, , Préliminaires, ,   

    Faut-il sauver les soldats Iggy Pop et Michel Houellebecq ? 


    Préliminaires d'Iggy Pop, sortie le 18 mai 2009

    Grave question. L’un (Iggy Pop) possède un pedigree de parrain du punk sans faille. L’autre (Michel Houellebecq) est à la fois un auteur au succès colossal et l’un des écrivains les plus mal compris et les moins bien lus (à mon humble avis). Leur rencontre, à l’occasion de la parution du nouvel album d’Iggy (Préliminaires, inspiré de La possibilité d’une île de Houellebecq), devrait logiquement susciter l’intérêt, voire même l’enthousiasme, et pourtant… (Lire la suite…)

     
    • Florent 18:41 le 6 mai 2009 Permalien

      N’oublions pas (mais on l’avait déjà oubliée) la reformation des Stooges avec « The Weirdness », album que pour le coup je suis sûr d’avoir écouté, mais bon là pour le coup bien oublié…

    • Vincent Belsaison 20:17 le 6 mai 2009 Permalien

      Bonjour.

      Je viens de decouvrir un excellent auteur français ( je desesperais devant un panorama franchement pauvre ) qui a le nom de Benjamin Biolay. J’ai tous ces albums et vraiment c’est complet. Je pensais que la pop française etait completement rendue aux conneries anglo saxoniques que l’on nous impose ( sauf le GRAND Renaud et d’autres classiques ). Mais decouvrir ce Benjamin ( Home, Rose Kennedy, Trash Ye ye, Negatif, A l’origine ) c’est croire à nouveau, à la culture française.

    • elrringpeace 01:00 le 17 mai 2009 Permalien

      Yop!

      Je ne connais pas bien Houellebecq et d’après ce que tu dis faudrait changer ça!

      Par contre Iggy ça c’est du lourd! J’ai regardé plusieurs interviews de lui sur Youtube et quelques articles et c’est vraiment une personnalité. Du charisme, une aisance orale et un vocabulaire à part, et des idées tellement stylées :p

      As tu remarqué que « I wanna be your dog » est utilisé dans au moins une dizaine de films tous les ans?

    • morningmeeting 10:18 le 17 mai 2009 Permalien

      @elrringpeace : Iggy est une icône. C’est peut-être ce statut mythique qui lui permet d’être partout sans totalement perdre son âme. Comme beaucoup de créatures surnaturelles, il a le don d’ubiquité… d’ailleurs la pub SFR jouait là-dessus (volontairement ou non).
      Blague à part, beaucoup de collaborations d’Iggy avec le cinéma restent comme de grands moments : son rôle dans Dead Man Walking de Jim Jarmusch, ses chansons « In the Death Car » (B.O. d’Arizona Dream) et « Lust for Life » (Trainspotting), etc.

c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler