Tagué: Tate Modern Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • morningmeeting 19:14 le 18 November 2010 Permalien | Réponse
    Tags : , , , , , , , Sunflower Seeds, Tate Modern, The Unilever Series   

    The Unilever Series : « Sunflowers Seeds » de Ai Weiwei à la Tate Modern, Londres, du 12 octobre 2010 au 2 mai 2011 


    Vu le lendemain de la visite à la Saatchi Gallery l’installation Sunflower Seeds de l’artiste chinois Ai Weiwei. L’œuvre est exposée à la Tate Modern, dans le grand hall d’entrée (le turbine hall), dans le cadre du mécénat d’un grand groupe lessivier.

    Elle occupe en fait une bonne partie du hall, puisqu’elle consiste tout bonnement en un épais tapis formé de plus d’une centaine de millions de graines de tournesol qui recouvre le sol de béton de la Tate Modern.

    Cette manière d’utiliser l’espace d’un musée ou d’une galerie me rappelle l’installation de Richard Wilson à la Saatchi Gallery (un billet commun sur ces deux œuvres s’impose d’ailleurs…). Bon, très bien, me direz-vous, et alors ?

    Et alors, les apparences sont trompeuses… (Lire la suite…)

    Publicités
     
    • Le Poup 21:02 le 19 novembre 2010 Permalien

      Pour une fois un commentaire clair et simple qui effectivement « réconcilie » avec les « installations et performances »

    • morningmeeting 00:34 le 20 novembre 2010 Permalien

      Je savais que cette œuvre, chinoise de surcroît, allait te plaire !

    • brotherBen 22:50 le 24 novembre 2010 Permalien

      Formidable.
      Nous serons en WE à Londres à la mi-janvier et je suis justement à la recherche d’activités culturelles!
      Juste une question, toutes ces graines, ça doit attirer les oiseaux , non?

    • morningmeeting 12:12 le 25 novembre 2010 Permalien

      Hello ! Des oiseaux aux « dents dures », alors… En tout cas n’hésitez pas, allez faire un tour et à la Tate Modern, et chez Saatchi : les deux lieux sont d’accès partiellement ou totalement gratuits, et intéressants à visiter – sans même parler des expos, les bâtiments et les environs valent le détour.

  • morningmeeting 22:01 le 21 June 2009 Permalien | Réponse
    Tags : , Das Rudel, , , , Tate Modern   

    Joseph Beuys à la Tate Modern : « Le troupeau » et la Révolution 


    Tate Modern, Londres

    C’est fou tout ce qu’on peut faire d’intéressant avec de vieilles centrales électriques. Une boîte de nuit par exemple, comme le Berghain à Berlin. Un des rares endroits au monde où écouter de la minimale germano-nippone un soir de semaine, jusqu’à quatre heures du matin, dans une salle de béton enfumée, fait partie du quotidien le plus banal.

    Ou alors, un musée, comme la Tate Modern à Londres. (Lire la suite…)

     
    • riveopposee 21:37 le 30 juin 2009 Permalien

      s’agit-il d’un non sens d’écrire que les sixties et leurs révolutions aboutissent au matérialisme et individualisme; la révolution s’est le retour su soi-même et non le chemin vers d’autres utopies;
      la question est bien posée cependant car l’individualisme et le matérialisme sont ils nés des bas ventres des sixties.
      je n’y crois pas. il ne faut pas prendre pour révolution de simple révoltes de mécontentement voire de gronde ou de grogne.
      l’Homme est à lui seul capable de son devenir et le groupe ne fait qu’illustrer cette volonté. il n’appartient qu’à l’Homme de changer et de construire un monde nouveau mais qu’en est-il de sa volonté aujourd’hui ; je suis songeur.
      cordialement Nicolas Chevalier
      ps : je suis ravi de nos échanges et surtout de vos articles qui permettent ainsi la libre expression

c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler