Brèves de quali #004 – Le cri dans tous ses états


Le Cri, c’est bien sûr le titre d’un célèbre tableau d’Edvard Munch (voir ci-dessus). Si célèbre, que c’est un peu le tableau qui masque la forêt d’œuvres de ce précurseur de l’expressionnisme en peinture. La Pinacothèque de Paris entend d’ailleurs lui rendre justice à partir du 19 février, à travers une exposition baptisée « Edvard Munch ou l’Anti-Cri ». Rien que pour le magnifique jeu de mots du titre, on a hâte d’y aller !

Le cri, c’est aussi, au quotidien, ce qui dépasse, ce qui sort de la norme, ce qui repousse les limites, transgresse, voire agresse. Combien de fois avez-vous croisé, dans la rue ou dans les transports, un individu isolé, occupé à crier à tue-tête des insanités ou des borborygmes incompréhensibles ? Et combien de fois vous-êtes vous dit : »mais qu’est-ce qui lui passe par la tête, à çui-là… » ? Voici un début de réponse :

« C’est quoi se lâcher ? Pour les mecs, c’est crier fort. Moi, j’aime bien faire le « cri du dragon », pour un délire, tout seul, devant un micro ou à quelqu’un dans la rue, au hasard… C’est ma soupape, mon excès à moi… » (homme, 18-25 ans, Marseille, janvier 2008)

Gare au Dragon !

(Brèves de quali, ce sont, sur le modèle des célèbres Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio, des phrases réellement prononcées ou écrites par de “vraies gens”, au détour d’une étude qualitative ou d’un questionnaire, et scrupuleusement notées et retranscrites par l’auteur de ce blog).