Charlie Wilson, héros américain


Charlie Wilson's War

Vu cette semaine La guerre selon Charlie Wilson, de Mike Nichols, que j’avais raté lors de sa sortie (2007). Film américain efficace racontant, de façon apparemment assez réaliste, les dessous de l’Operation Cyclone. Il s’agit du nom de code de l’opération secrète par laquelle les américains ont aidés les moudjahidines à chasser les soviétiques hors d’Afghanistan à la fin des années 80.

Le film raconte la conversion de Charlie Wilson, homme politique démocrate élu du Texas, de playboy irrécupérable à sauveur du peuple afghan, et, plus largement, héros de la guerre froide. Le film est tiré d’un livre, lui-même inspiré par des faits et personnages réels.

Plutôt que de personnages réels, j’ai eu envie de rapprocher le personnage de Charlie Wilson de celui de Bruce Wayne, le playboy milliardaire qui se transforme en chauve-souris géante la nuit. Tout comme Batman, Wilson mène une vie en apparence dissolue. Tout comme lui, cette vie lui sert même d’alibi. Comme le rappelle un des comparses de Wilson, l’ouverture d’un procès pour usage de drogues en compagnie de strip-teaseuses lors d’une fête à Las Vegas détourne l’attention des journalistes des vraies activités de Charlie Wilson : collecter des milliards, puis des dizaines de milliards, enfin des centaines de milliards de dollars pour venir en aide aux moudjahidines. Charlie Wilson, un vrai héros comme l’Amérique les aime…

8 réponses à “Charlie Wilson, héros américain”

  1. En effet ! Aucun Wilson ou Wayne/Batman dans la liste…
    Cela dit ce genre de publication est typique du sondage « bullshit ». On n’y apprend strictement rien d’intéressant. La liste de héros est un inventaire à la Prévert plutôt embarrassant. Les questions à items sont trop peu nombreuses et trop stéréotypées pour nous apprendre quoi que ce soit sur la notion d’héroïsme. A part servir de prétexte à un buzz décalé ou un édito clin d’oeil sur tel ou tel détail, je vois pas trop qu’en faire !

  2. Bullshit indeed. Je n’ai vu dans cette liste ni Bruce Lee, ni Tarzan, ni King Kong, ni Elvis.

  3. A propos de King Kong… j’ai vu (commencé à regarder plutôt) la version de Peter Jackson hier. Une fois passé le « novelty effect » des effets spéciaux (superbe course de diplodocus en quasi-apesanteur sur une corniche suspendue dans les airs), ne restera à mon avis dans les annales qu’une sombre daube (une course de diplodocus en quasi-apesanteur sur une corniche suspendue dans les airs !?!).

  4. Ouais, cité dans le post humoristique d’un blog hébergé par the economist.com… je croyais que tu étais contre les analogies foireuses 😉
    En revanche, le Kong Lanta est tout bonnement exceptionnel, ça ne dure que 4mn mais j’ai dû faire des pauses pour reprendre ma respiration toutes les 30 sec.

  5. Ahh ce Mozinor! « Si vous le poussez ça peut vous rapporter des points ».
    Je vous trouve sévère avec King Kong. Si vous n’en regardez qu’un demi-heure tous les soirs c’est un vrai régal. Bon après, faut se rattraper avec un peu de spirituel mais question divertissement je trouve que le Kong assure!
    Au fait, j’ai été ravi de te rencontrer à la soirée pearltree!
    A la prochaine!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :