Charlie Wilson, héros américain


Charlie Wilson's War

Vu cette semaine La guerre selon Charlie Wilson, de Mike Nichols, que j’avais raté lors de sa sortie (2007). Film américain efficace racontant, de façon apparemment assez réaliste, les dessous de l’Operation Cyclone. Il s’agit du nom de code de l’opération secrète par laquelle les américains ont aidés les moudjahidines à chasser les soviétiques hors d’Afghanistan à la fin des années 80.

Le film raconte la conversion de Charlie Wilson, homme politique démocrate élu du Texas, de playboy irrécupérable à sauveur du peuple afghan, et, plus largement, héros de la guerre froide. Le film est tiré d’un livre, lui-même inspiré par des faits et personnages réels.

Plutôt que de personnages réels, j’ai eu envie de rapprocher le personnage de Charlie Wilson de celui de Bruce Wayne, le playboy milliardaire qui se transforme en chauve-souris géante la nuit. Tout comme Batman, Wilson mène une vie en apparence dissolue. Tout comme lui, cette vie lui sert même d’alibi. Comme le rappelle un des comparses de Wilson, l’ouverture d’un procès pour usage de drogues en compagnie de strip-teaseuses lors d’une fête à Las Vegas détourne l’attention des journalistes des vraies activités de Charlie Wilson : collecter des milliards, puis des dizaines de milliards, enfin des centaines de milliards de dollars pour venir en aide aux moudjahidines. Charlie Wilson, un vrai héros comme l’Amérique les aime…

Publicités