Les origines du « I screwed up » de Barack Obama : un signe d’ouverture ou bien… ?


Tom Daschle et Barack Obama

Grosse reprise aujourd’hui par les médias du « j’ai foiré » de Barack Obama, prononcé au sujet de la démission forcée de son secrétaire à la santé, Tom Daschle (photo), obligé de quitter son poste pour indélicatesse fiscale.

Bizarrement, personne n’a semblé remarquer que ce « I screwed up » faisait écho (volontairement ou non, that is the question…) à celui de John McCain, prononcé, lui, au mois d’octobre 2008 (donc durant les dernières semaines de la campagne). Le candidat malheureux à la Maison Blanche avait alors posé un lapin au journaliste TV David Letterman. Finalement reprogrammé, interrogé en direct sur le plateau et incapable de se justifier, McCain s’en était tiré d’une pirouette par un « j’ai foiré » assorti d’un large sourire.

Deux hypothèses sont alors envisageables :

1. Barack pratique en toute connaissance de cause une ouverture politique (cf. les nominations de personnalités républicaines dans son administration) qui va jusqu’à reprendre les gimmicks du camp adverse,

2. ou bien : les hommes politiques US de tous bords parlent mal.

Choisissez votre camp…

Publicités