Devinette : les Doors et le Velvet ont un fils…


The Black Angels

…comment s’appelle-t-il ? Réponse : The Black Angels.

Groupe originaire du Texas, formé en 2004, les Black Angels tirent leur nom d’un des classiques du Velvet Underground : « The Black Angel’s Death Song, » titre paru en 1967 sur le célébrissime The Velvet Underground and Nico (oui, l’album à la banane).

Leur premier album Passover (2006) a connu un véritable succès d’estime. Bizarre, pourrait-on dire à la première écoute, pour un groupe qui reprend, parfois de façon très scolaire, le son, le timbre de voix, les obsessions textuelles ou les ambiances des Doors et du Velvet Underground d’il y a déjà 40 ans…

Mais, en plus d’être portés par la hype du renouveau d’un rock psychédélique indie et sonore portant haut la chemise de bûcheron à carreaux (tout comme les Brian Jonestown Massacre), les Black Angels développent un son vraiment addictif. Les morceaux sont souvent puissants, aux accents de stoner rock, avec utilisation forcenée de la distorsion et des drone machines (« Black Grease », « Young Men Dead » ou « The First Vietnamese War », mon titre favori). Ils sont parfois épiques, comme « Call to Arms », morceau de 10 minutes aux accents très Velvet, et prolongé en ghost track par une chansonnette guitare sèche/voix réactualisant le thème 60’s par excellence de l’opposition à la guerre du Vietnam à travers la dénonciation de la guerre en Irak. Cependant, la palme de l’incantation chamanique et du meilleur titre de chanson de tout l’album revient sans conteste à « The Sniper at the Gates of Heaven », très probablement un bruyant et cynique hommage au Piper at the Gates of Dawn du Pink Floyd de Syd Barrett.

Les Black Angels ont également sortis plusieurs EP et un second LP, Directions to See a Ghost, en 2008. Pour écouter Passover, premier album des Black Angels, c’est par là.

Publicités