En ce moment : exposition « Our Body : à corps ouvert » à l’Espace Madeleine, Paris


à corps ouvert

Ouverture hier de l’exposition itinérante Our Body : à corps ouvert, à l’Espace Madeleine à Paris. Le principe : exposer des corps et des organes humains conservés par la technique de « plastination », qui consiste à déshydrater les corps et à remplacer les fluides corporels par une résine adaptée. Les corps utilisés sont ceux de Chinois qui en ont fait don à la science.

Si Our Body a fait étape dans plusieurs villes de province avant de s’installer à Paris, il s’agit en fait d’une exposition itinérante à l’échelle mondiale. Je ne suis pas allé à l’Espace Madeleine mais j’ai vu l’exposition au Luxor de Las Vegas cet été. En France, le Comité national d’éthique a considéré que l’exposition portait atteinte à la dignité humaine. Plusieurs grands musées ou lieux d’exposition parisiens ont apparemment refusé d’héberger Our Body, l’Espace Madeleine n’étant au mieux qu’un troisième choix.

Par-delà la polémique, l’exposition est fascinante, sur deux plans au moins :

  • Le plan scientifique : les détracteurs dénoncent l’instrumentalisation de l’argument scientifique pour cautionner une exposition avant tout morbide et de mauvais goût. Mais très honnêtement, on apprend énormément de choses sur le corps humain et son fonctionnement. Un peu comme quand on était en salle de classe et qu’on étudiait des planches d’anatomie, des images du système respiratoire, ou encore qu’on disséquait des grenouilles pour étudier leur système nerveux…
  • Le plan esthétique : mais, et c’est là la grande différence, on est cette fois-ci confronté à de vrais corps humains, qui plus est mis en scène selon une scénographie savamment étudiée. Disposition des vitrines, éclairages, l’espace est organisé comme dans tout bon musée ou galerie pour mettre en valeur l’aspect esthétique des corps/œuvres présentés.

A ce propos, Our Body a une dette explicite (mais pourtant peu souvent mentionnée) envers Honoré Fragonard (cousin du célèbre peintre). Honoré Fragonard était un anatomiste français ayant vécu au XVIIIème siècle, connu pour ses Ecorchés. Il s’agit d’une série d’œuvres créées à partir de corps humains et/ou animaux, après application d’un procédé de conservation dont on n’a pas conservé la trace mais qui donne des résultats analogues à la plastination. Cependant, là où Our Body joue la carte de la caution scientifique, Honoré Fragonard a donné libre cours à son imagination et au côté artistique de son œuvre, travaillant la mise en scène et la dramaturgie de ses pièces. L’une de ses plus célèbres s’intitule Le cavalier de l’Apocalypse (entre 1766 et 1771) et met en scène un cavalier et sa monture dans une pose très expressionniste qui semble annoncer, avec un siècle d’avance, les visions symbolistes et macabres d’un Arnold Böcklin (La Peste, tableau datant de 1898, notamment). Les œuvres de Fragonard sont exposées au Musée Fragonard de l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort.

Je ne sais pas ce que vaut l’Espace Madeleine, mais indépendamment de la polémique et du lieu, je pense que l’exposition elle-même vaut le détour – ne serait-ce que pour se faire sa propre opinion.

P.S. (19/02/09) : lire le billet sur l’inventeur de la plastination, Gunther von Hagens, ici.

Publicités