Face à la crise, « croisons les doigts mais pas les bras »


On croise les doigts

J’ai entendu dire cette semaine que Jacques Séguéla l’avait sortie, celle-là : face à la crise, « croisons les doigts mais pas les bras »… On ne prête qu’aux riches : normal qu’on lui attribue tout ce qui ressemble de près ou de loin à un slogan !

Enfin, même si je ne peux m’empêcher de penser à Pierre Desproges chaque fois que j’entends le nom « Séguéla », je n’ai aucune aversion personnelle envers le bonhomme. Et je trouve le slogan simple mais efficace. Ca me rappelle que dans certains cas, « on n’est jamais si bien servi que par soi-même » (tiens, encore un slogan…). Depuis maintenant deux ou trois ans, beaucoup d’amis et de gens proches ont lancé leur propre affaire, dans tous les domaines. Services à la personne, univers du chant, prêt-à-porter, agences de com 2.0, sites communautaires sur le web…

Plus le temps passe et plus je me rends compte de ce qu’il y a d’extraordinaire derrière toutes ces entreprises. L’investissement personnel, la prise de risque, l’aventure humaine… Je leur souhaite à tous de traverser la crise indemnes, et de rencontrer beaucoup de succès dans les années à venir.

Publicités